Arnold Couchard

Arnold Couchard

Cory suivi de Malgré la saison

ancienne base.jpg

Cory

suivi de

Malgré la saison

voir sur AMAZON

 

 

Deux romans en un seul volume…


Ce n’est pas sans raisons que j’ai regroupé les deux textes. Ils résultent d’une expérience littéraire intéressante…
Fin des années 80, j’habitais à Waterloo et je travaillais toute la semaine à Paris. Ma fille aînée, âgée de 17 ans n’avait rien trouvé de mieux que de fuguer avec deux copines. Elle avait toutefois assez rapidement pris contact avec nous et nous avions pu deviner où elle se trouvait (dans le sud de l’Espagne).
Mais il y a eu cette période d’une quinzaine de jours au cours de laquelle nous étions sans nouvelles. Forcément, chaque fois que, en rue ou dans le métro, je croisais une jeune fille faisant la manche je ne pouvais que me demander où elle se trouvait et ce qu’elle pouvait faire.
C’est le point de départ d’un roman – Cory – que j’ai mis plus de deux décennies à terminer mais dont le résultat final était loin de me satisfaire.
Dans un premier temps, j’avais décidé de le ré-écrire. Mais n’était-ce pas ce que j’avais fait pendant vingt ans ? Finalement je me suis relancé dans l’écriture non pas du même roman mais d’une histoire basée sur le même thème mais où le narrateur devient narratrice et l’angle de prise de vue pivote de 180 degrés.
Le résultat, Malgré la saison, est dont considérablement différent. C’est lui que je vous livre en premier.
À vous, lecteur, de choisir – ou de ne pas choisir – l’histoire qui vous touche le plus.


Cory
L’histoire est toute simple. Stéphane a perdu sa fille Pauline dans un attentat. Obsédé par la mort de son enfant et la frustration de ne pouvoir accomplir sa vengeance, il a tout perdu : son mariage, son emploi, ses amis. Il végète de petits boulots en extras.
Et voilà que, trois ans plus tard, il retrouve par hasard celle qui avait déposé la bombe dans l’agence de voyage où Pauline a perdu la vie. Mais tout n’est-il que hasard ?
La vengeance prend parfois de drôles de voies et son goût n’est pas toujours celui qu’on aurait souhaité.

Malgré la saison
Je suis une fille simple : j'aime rendre service. Quand un copain me demande d'aller porter un paquet, je lui rends service. Et j'ai la chance de tomber sur une fille comme moi : elle aime rendre service. Malheureusement, elle le paie de sa vie…
Alors, trois ans plus tard, quand je rencontre par hasard le père de la jeune fille, que me reste-t-il à faire ? Rendre service, évidemment.
J'ai fait ce que j'ai pu. Et cette fois-ci encore, les choses n’ont pas trop bien tourné...

 

« Je viens de terminer la lecture de « Malgré la saison » : c’est terriblement beau et je vous invite tous à lire ce roman très touchant, ce thriller qui nous fait voyager entre Verviers et Bruxelles, ce voyage au bout d’un enfer qui n’a pas besoin de flammes pour tout brûler. »
Paolo Zagaglia  cinéaste et écrivain



05/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres